Fly Me to the Moon

Published on November 27 2013

© DR

© DR

Cette année, j'ai un peu raté septembre — ses nouvelles fragrances, ses dernières histoires. Entre la fin d'un livre (à paraître prochainement ;), des Chasses aux papillons tous azimuts et un voyage à New York, j'étais un peu dans la lune en attendant... la rentrée !

Pour me rattraper, voici mes 5 choix de l'automne :

- 1899, Hemingway, signé Histoires de Parfums, parfait pour faire de Paris une fête. La Fumée Ottoman, de Miller Harris, rappelant les sillages narcotiques de certains Serge Lutens. Et Pour Homme, de Bottega Veneta, un sillage boisé de belle facture, découvert chez Cinquième Sens lors d'une matinée consacrée aux derniers lancements.

- les flacons de Joy ou Adieu Sagesse en cristal Baccarat, réalisés par Louis Süe pour Jean Patou à la fin des Années folles. A découvrir à l'expo "Arts déco" de la Cité de l'architecture, au milieu d'un Ours en plâtre de Pompon, un paravent New York en laque noire et feuilles d'argent, et des danseuses en porcelaine émaillée signées Jean-Baptiste Gauvenet.

- Une histoire de la frivolité, un beau livre qui vient de paraître chez Armand Colin. L'historienne Sabine Melchior-Bonnet nous apprend, dans un riche volume bien documenté, que la frivolité est une affaire bien plus sérieuse qu'elle n'y paraît. Propre des classes aristocratiques sous l'Ancien Régime (c'est qu'il faut jouir de beaucoup de loisir pour être frivole), conspuée par le christianisme même si elle a d'abord été considérée comme un "péché mignon", ce sont des philosophes qui la réhabilitent :"Au diable les discours sérieux, puisqu'ils ne me sauveront pas de mourir !", s'exclamait Alain. Et vive le parfum, a-t-on envie d'ajouter !

- les petites vidéos de Nicolas Olczyk, un expert ès fragrances qui se lance dans le tutoriel parfum. Qu'est-ce que le patchouli ? la fève tonka ? la fameuse "pyramide olfactive" ? pourquoi mon parfum ne tient pas ? Si vous avez déjà appris à vous appliquer du rouge à lèvres ou à préparer un curry d'agneau devant une vidéo, apprenez-en un peu plus aujourd'hui sur les essences que vous portez.

- et, enfin, les souvenirs d'école de ma voisine de palier, une toute jeune retraitée, ex-professeur de lettres. A moins d'un mois de Noël, faisons comme si c'était encore un peu la rentrée…

Hélène, 60 ans

En CP, maman m'achète un petit cartable noir avec des clics dorés comme des alliances, ou peut-être les ai-je rêvés... Petite anse, bouton impeccable, deux compartiments dedans, il avait une odeur, ce truc-là... L'odeur de mon métier, toute ma vie – celle dans laquelle je suis entrée à 4 ans, à la maternelle, et dont je ne suis jamais sortie. L'odeur du travail bien fait chaque jour, cours préparés, copies corrigées.
Le parfum de ce cartable, c'est un peu celui de "la grande serviette de chagrin gaufré" qu'ouvre le sous-préfet aux champs dans le roman d'Alphonse Daudet. As-tu déjà reniflé un oxymore ? "Chagrin gaufré": quand j'étais petite, cette expression m'émerveillait. Elle portait en elle tout le mystère du chagrin et la légèreté de la gaufre…

Comment on this post