Le Speed Smelling, on y court !

Published on November 21 2013

© DR

© DR

Quelle petite souris passionnée de parfum n'a jamais rêvé de farfouiller dans les tiroirs d'un "nez" pour y découvrir quelque essence révolutionnaire ? Le 14 novembre, à l'approche de Thanksgiving, ce songe devenait réalité, à deux pas de la Concorde, dans un des jolis salons du consulat des Etats-Unis, le lieu choisi par IFF pour son nouveau Speed Smelling. Sur le modèle du speed-dating (7 minutes pour te séduire, chéri !), la société de création olfactive invite chaque année une poignée de journalistes et de blogueurs à découvrir, au pas de course, les créations de dix parfumeurs maison (La Vie est belle, de Lancôme, ou Invictus, le dernier Paco Rabanne, c'est signé IFF !).

Les parfumeurs — qui, pour l'occasion, n'ont jamais autant mérité leur titre d'artistes-créateurs — ont puisé dans leur imaginaire en toute liberté et ont créé des accords qui leur ressemblent. Ici un sillage de châtaigne brûlante au milieu des sous-bois — champignon, humus, feuillage humide (Jean-Christophe Hérault) ; un accord autour du thé, du poivre rose, du cumin et de mille autres épices, souvenir d'un périple au Sri Lanka (Sophie Labbé) ; là, une graine de sésame aux accents de noisette mariée au chèvrefeuille, une fleur négligée (Alienor Massenet), ou une bague cabochon dont le péridot inspire un sillage (Véronique Nyberg). Anne Flipo signe une fragrance qui ressemble comme une jumelle à sa très florale Chasse aux papillons (un succès chez L'Artisan Parfumeur) (et un parfum que j'aime). Loc Dong invente un accord yaourt-coca en surdosant le citron et le gingembre. Dominique Ropion poursuit son exploration olfactive du oud, ce bois putréfié dont la résine aujourd'hui est rare et excessivement chère. Son accord, baptisé "Ceci n'est pas un oud", n'en contient pas une trace mais il restitue au mieux ses notes de vieux cuir. Une illusion plus vraie que nature !

Les "fonds de tiroirs" des parfumeurs n'ont rien de poussiéreux, bien au contraire. Nicolas Beaulieu s'est lancé un défi technique: transposer aux essences l'utilisation d'un procédé photographique, le tilt-shift. Par de savants jeux de lentilles et de perspective, le centre d'une scène sur une image se détache du fond qui devient flou. Imaginez un peu ce zoom olfactif appliqué à une essence de fleur d'ylang, dont on aurait capturé le cœur, solaire et exotique !...

Ces exercices sont autant de pistes pour les futures créations des "nez". L'occasion aussi de tester de nouvelles matières premières issues du naturel mises au point par les Laboratoires Monique Rémy (l'une des premières à pratiquer, dès 1983, le commerce équitable avec les populations locales pour assurer la pérennité de ses filières). Un choix qui a payé, puisque cette société, rachetée par IFF en 2000, est aujourd'hui le meilleur fournisseur de naturel du marché.

- Un patchouli "cœur", une essence du bois épurée de ses notes camphrées par un procédé de distillation fractionnée. Juliette Karagueuzoglou a utilisé cette matière première pour moderniser une "base" d'IFF (un accord historique des années 1970, l'épicène gamma, qui fit le succès de Cacharel pour Homme) ;

- Une essence ou un absolu de Damascena, la rose turque récoltée ​près d'Ispartha, sur de hauts plateaux ensoleillés, au mois de juin. Domitille Berthier a choisi de les combiner pour rendre une rose métallique et croquante ;

- Une vanille traitée au CO2 supercritique, un procédé d'extraction qui respecte l'odeur originelle de la matière première ; une essence de cannelle ou de cardamome, un absolu de sésame, une fleur de pamplemousse...

Les fans du Speed Smelling se sont longtemps désolés que ces créations d'un jour n'aient pas le destin qu'elles méritent, soit de durer, un peu, d'être senties, testées, tentées sur la peau. Mais depuis deux ans, ils ont enfin été entendus: les dix parfums seront en vente pour Noël en édition limitée. L'occasion de découvrir une parfumerie libre, ce qui décidément ressemble de plus en plus à une tendance olfactive !

Le coffret Speed Smelling 2013 sera en vente chez Colette, à Paris, à partir du 15 décembre. 100 € les 10 x 10 ml. En attendant, la sélection parfumée de 2012 est en vente en ligne.

Published on #L'Air du Temps

Comment on this post