Le charme du naturel

Published on December 7 2014

Le charme du naturel

Aucun parfum n'est naturel, et c'est tant mieux. Pourtant, dans les formules, rien ne remplace un vétiver exceptionnel, une lavande hors du commun ou une somptueuse rose turque. Les grands groupes le savent bien et prennent soin de leurs filières. Le 13 novembre, Firmenich nous présentait quelques-uns de ses experts ès naturel, fournisseurs et négociants de matières premières venus de tous les continents.

Vanille d'Ouganda, cardamome du Guatemala, menthe indienne, eucalyptus chinois… Le temps d'une soirée, les essences du monde entier nous menaient par le bout du nez. Belles sous toutes les coutures. "Le commerce équitable fait partie de notre charte depuis vingt ans", rappelle Yvan Bagnis, directeur général de la fine fragrance pour l'Europe de l'Ouest, ajoutant que Firmenich travaille avec un réseau de 2 millions de fermiers sur la planète. Supprimer les intermédiaires douteux, assurer transparence et traçabilité des produits, favoriser coopératives et microfinancements, construire des écoles ou des routes, voilà l'enjeu gagnant-gagnant des partenariats mis en place avec les petits producteurs.

FAN DE COHN-BENDIT

En Haïti, le groupe travaille avec Pierre Léger, qui a créé la plus grande usine de vétiver du monde. Grâce à lui, 27 000 foyers sur l'île vivent aujourd'hui de la précieuse racine. Parmi les projets sociaux mis en place, la construction d'une route qui permet aux Haïtiens de rejoindre Port-au-Prince sans passer par la mer.

A la fin des années 1960, Pierre Léger, issu d'une famille aisée, avait été envoyé étudier en Suisse puis aux Pays-Bas. "Mai 68 reste la plus belle année de ma vie !", lance-t-il. Cette année-là, ce fan de Cohn-Bendit voit sa vie bouleversée par... De Gaulle, qu'il entend un jour à la radio. L'idée qu'il faut la participation de l'ouvrier à l'entreprise marque durablement le jeune homme.

À l'époque où Pierre Léger, de retour en Haïti, reprend la distillerie de son grand-père sous la pression des paysans du coin, la racine a disparu de l'île. "S'ils n'avaient pas fait du vétiver, il leur restait l'oignon ou le manioc !" Depuis, il a réussi à intéresser de grands groupes, comme Robertet ou Firmenich. La première fois qu'il leur a apporté son vétiver, "les Suisses n'en ont pas cru leurs narines. Ils n'avaient jamais senti une essence aussi propre ! J'ai dû leur montrer mon passeport !", s'amuse encore Pierre Léger trente ans après.

JASMIN AÉRIEN

Les fabricants de parfums ne peuvent se passer d'un naturel de qualité, que ce soit pour l'extraire d'une façon nouvelle (au CO2 par exemple) ou pour valoriser les molécules de synthèse que leurs chimistes mettent au point. Un jasmin indien très animal par exemple, sera rendu plus aérien grâce à une molécule artificielle de la famille de l'hédione, qui lui apporte toute sa transparence. Façon d'"imaginer de nouvelles couleurs à la palette du parfumeur", souligne le "nez" Fabrice Pellegrin. Façon aussi de ne pas être copié et de préserver ses petits secrets...

Published on #L'Air du Temps

Comment on this post