Published on June 2 2016

© Le Petit Prince

© Le Petit Prince

Parfois, certaines idées sont bonnes au point qu'on se demande comment on faisait avant. (Eh oui, c'était pas toujours mieux, avant...) Grâce à Nez et à sa campagne de crowfunding savamment orchestrée, me voici propriétaire depuis quelques semaines de cette revue singulière consacrée au parfum et à l'olfactif en tout genre. Et en deux exemplaires, s'il vous plaît (dont un pour Natacha, que vous avez découverte ici ou ).

Emmené par toute l'équipe d'Au Parfum, élégamment maquetté et parfaitement édité, empli de bons papiers, bien sûr — comme cette enquête sur le parfum chez Aragon, qui tombe à point nommé car j'ai encore Aurélien en tête, lu cet hiver – , l'animal est Nez pour durer ! Pour le commander sans tarder, c'est ici.

Lors du crowfunding, j'avais choisi la formule "Deux revues et un conseil personnalisé". C'est Jeanne Doré herself, rédactrice en chef du nouveau "mooc" (book & magazine), qui s'est gentiment attelée à la tâche. "Fille aux goûts de mamie cherche parfum pour la vie", lui ai-je murmuré.

Elle a su me comprendre : me poussant dans mes retranchements de vieille dame, avec des notes ambrées et épicées (Ombre Rose, de JC Brosseau, Années Folles, de Parfumerie Moderne, Oriza Legrand); me proposant des pistes où me perdre et me surprendre – dans les aldéhydes de Rive Gauche, d'YSL, par exemple, ou sous la mousse de chêne de L'Air de rien, de Miller Harris...

Après plusieurs balades olfactives, c'est Helmut Lang qui a emporté la mise. La réédition de son Eau de parfum créée par Maurice Roucel en 2002 croise la lavande de Canoë (Dana, 1936) et la note ambrée de Musc Ravageur, chez Frédéric Malle (également signé Roucel !) Une senteur parfaite pour attendre l'été sans trop souffrir. Merci, Jeanne, et longue vie à Nez !