Chronique d'une vie parfumée

Published on August 18 2012

L’après-rasage du père, la crème solaire de la mère, les Gauloises et les Gitanes, la cannelle des gâteaux et du vin chaud, le charbon qui réchauffe, l’encre de l’écolier, le foin des champs... Voilà quelques-unes des odeurs dont se souvient Philippe Claudel dans Parfums, qu'il publie en septembre (voir Le Monde du 16 août). Une soixantaine de textes qui, d'"Acacia" à "Voyage", évoquent les effluves de sa jeunesse. Autant de traces témoignant d'un monde disparu. Et d'une vie qui passe.

Je me réjouis de la parution de ce livre au moment où je lance ce blog. J'y vois l'heureux signe que parfums et odeurs sont toujours, après Huysmans, Proust ou Suskind, des thèmes littéraires bien vivants.

Je n'ai lu ni L'Enquête ni Les Ames grises. Peut-être parce que J'abandonne (Balland), un des premiers textes de Claudel, m'avait laissé le poignant, et pesant, souvenir d'un voyage sans retour. Mais ce qui est sûr, c'est que cette "autobiographie olfactive" ne manquera pas d'être l'une de mes lectures de rentrée...

Parfums, de Philippe Claudel (Stock), en librairie le 12 septembre. Membre de l’Académie Goncourt, l'écrivain a reçu le prix Renaudot pour Les Ames grises et le prix Goncourt des lycéens pour Le Rapport de Brodeck (Stock).

© Stock

© Stock

Comment on this post