"Mémé ne sent plus, c'est une petite mort"

Published on August 31 2012

me disait hier ma mère au téléphone. Ma grand-mère a perdu l'odorat il y a quelques années après avoir suivi un traitement antifongique pour une affection banale.

En faisant quelques recherches, j'apprends que l'anosmie s'accompagne parfois d'une perte de goût (agueusie), alors que les mécanismes en jeu sont pourtant différents.

Qu'une extrême variété de médicaments est susceptible de provoquer l'altération de l'odorat, souvent réversible avec l'arrêt du traitement : des anti-hypertenseurs, des anti-inflammatoires, des anti-rhumatismaux...

Qu'il faut parfois s'entraîner pour rétablir ses capacités olfactives - c'est du moins ce que vient de démontrer une étude de Nature Neuroscience... à propos des rats.

Et que parfois aussi, allez savoir pourquoi, rien ne revient.

Cet effet indésirable m'apparaît comme une sorte de dommage collatéral de la médecine moderne. Oh, bien sûr, rien de comparable au Médiator ou au Distilbène. Mais plus de 80 % des personnes anosmiques connaîtraient ensuite un épisode dépressif, comme si, en perdant la capacité de se remémorer l'odeur du bon vieux temps, on leur avait ôté le goût de vivre...

© Eric Delcroix

© Eric Delcroix

Marguerite, 86 ans.

J'ai perdu l'odorat comme ça. J'ai d'abord perdu le goût. A cause de cachets que le docteur m'avait donné pour des... champignons au pied ! C'est venu petit à petit, je n'arrivais plus à distinguer le sucré du salé. C'est après que j'ai regardé la notice. Mais les notices, on ne les lit jamais comme il faut, autrement on n'en prend point, des médicaments...
L'odorat, c'est venu après. Je laissais tout brûler. Les casseroles étaient noires, je ne les ai jamais récupérées, j'ai fini par les jeter. Maintenant je continue de manger, pour ne pas tomber malade, mais je n'en tire aucun plaisir. Je cuisine toujours, même pour moi toute seule. Mais je ne fais plus de gâteaux.
Parfois, j'ai envie de quelque chose que je trouvais bon avant, comme cette choucroute que j'ai achetée l'autre jour au stand d'un supermarché. J'étais contente de la déballer, de la réchauffer, et ... rien. Je me suis mise à pleurer comme une madeleine.
Le matin, je ne me prépare plus de café, je prends de la chicorée, car j'ai quand même envie d'avoir une tasse avec du liquide noir dedans. Mais je ne parviens plus à savoir à quoi ressemble son odeur.
La texture des aliments, c'est ça qui fait encore la différence. Le jambon, les oeufs, je ferme les yeux en les mangeant. Je n'ai aucun souvenir olfactif. Je revois des lieux de mon enfance, mais je ne peux pas mettre d'odeurs dessus.
Dans la vie tu t'habitues à tout. Et puis, je préfère ça que perdre la vue....

Published on #Paroles d'Odeurs

Comment on this post