Antoine et George

Published on October 23 2012

© L'Ecole des loisirs

© L'Ecole des loisirs

Au téléphone, Jean-Noël Ozouf m'a prévenue: « N'écrivez pas votre post sur Antoine avant de l'avoir essayé ! » J'avais pourtant bien l'intention de lui trouver un cobaye plus approprié : un homme, un vrai. Car Antoine n'est pas n'importe qui : c'est une... lessive conçue par des hommes pour les hommes. Fini de laver son linge sale en famille ! Aux femmes et aux enfants, les poudres à la lavande, au jasmin, au lilas. Aux hommes, un produit "composé comme une eau de toilette de luxe". Flacon en verre, liquide couleur lagon et d'une efficacité forcément "plus concentrée": pas de notes de tête dans sa formule parfumée, celles qui s'envolent les premières quand on en vaporise. Mais des accords tenaces, boisés, ambrés, musqués. « Essayez-le sur vos draps... », me glisse Jean-Noël. Heureux mélange de concentré de parfum et d'enzymes gloutons ? Mazette ! La seule lessive, renchérit M. Antoine, à être « en adéquation avec la plupart des eaux de toilette masculines du marché ».

Cet "ami du ménager" est aussi de deux à cinq fois plus cher qu'un produit "traditionnel" (féminin, donc...?). Et il lave comment, Antoine, à ce prix-là ? « Aussi mal que les autres ! Et si on utilise certains ingrédients hypoallergéniques, c'est un peu par hasard, on n'a pas voulu communiquer dessus », dit Jean-Noel Ozouf. Non, les créateurs d'Antoine ont voulu « répondre aux besoins des clients en termes d'art de vivre ». Pas moins. L'un s'ennuyait au Crédit agricole; l'autre, Dominique Gindre, parfumeur sur la partie homecare (shampoings, gels douche, crèmes de soins, lessives...) chez Takasago, s'était toujours senti gêné par le côté fleuri ou fruité de ses chemises fraîchement lavées.

Pour Antoine, les deux copains d'enfance ont voulu « un prénom masculin pas connoté dessous de bras, comme Marcel ou Raymond », explique Jean-Noël Ozouf. Et s'ils se défendent de toute intention marketing (pas d'études de marché, « on voulait prendre le contrepied des grandes boîtes »), Antoine s'affiche comme presque totalement made in France, pratique la livraison à domicile, en ligne, sur abonnement. En petit format, c'est un « cadeau rigolo ». La bouteille d'un litre, c'est pour les accros. Ceux qui ont été séduits et qui reviennent. Mais qui, au fait ? Sur le papier, plutôt un gentleman, célibataire et délicat, qui aime prendre soin de lui. Dans les faits, l'homme qui vit en couple. Ou sa femme, qui achète « pour son chéri, pour ses chemises ». Plutôt des bobos, en couple sans enfant, parfois gays, entre 25 et 50 ans. Antoine se vend essentiellement à Paris, chez Dom ou Killiwatch, et même chez un fleuriste qui trouve amusant d'« que l'on offre des fleurs à madame, et de la lessive pour monsieur » !

J'ai donc testé Antoine. Sur mes draps. Pas désagréable. Je vous rassure, messieurs : oui, ça lave aussi les chaussettes, et non, vos chemises ne vont pas devenir bleues (des questions que l'on a déjà posées à Jean-Noël Ozouf...). Autour de moi, par contre, l'idée n'enthousiasme pas. « C'est cher. Le mec qui peut se payer un truc pareil, c'est pas lui qui s'occupe de son linge. » Un autre se hérisse : « Si c'est un fake c'est bien fait, si c'est vrai c'est franchement navrant. Et pourquoi pas les gants vaisselle aux couleurs masculines ou le cube WC senteur salle de gym ? » « Consternant !, renchérit une amie. Jusqu'où ira le marketing pour sexuer les objets ? »

Plus de risque, messieurs, de cogner le santal, le vétiver et les épices de votre sent-bon avec les Fruits des îles ou la Fleur de coton... Ouf ? Car, en matière de parfums, l'homme n'aurait-il pas droit aux fleurs capiteuses et les femmes aux bois secs ? « Les petits garçons jouent aux voitures, les filles à la poupée, c'est la culture », lance Jean-Noël Ozouf. Aïe... ! on n'est pas (du tout) sûr d'être d'accord... Et puis, pour tout vous dire, on préfère George à Antoine. Officiellement mixte (en hommage à George Sand), ce jus singulier ne contient pas une once de bois mais du néroli et des baumes, de la myrrhe et du tabac, du café, de la bergamote. George n'a rien d'une lessive mais on en parfumerait bien nos draps...

Antoine, lessive pour homme. 11 €, 250 ml. 22 € les 750 ml. www.lessivepourhomme.fr

George, de Jardins d'écrivains. 85 € les 100 ml.

Published on #L'Air du Temps

Comment on this post